Sunday, July 9, 2017

Festival de Cannes- Oh Lucy ! , 2017

oh-lucy.jpg

« Le début de l’absence est comme la fin de la vie » écrivait Lope de Vega. L’absence, celle qui arrache le cœur et nous plonge dans une attente indéfinissable, une prison sans murs, c’est probablement ce que devait ressentir Setsuko le jour où Ayako, sa sœur, lui a volé son petit-ami. Oh, Lucy !, réalisé par la japonaise Atsuko Hirayanagi, a été présenté à la Semaine de la Critique au Festival de Cannes pour une sortie prévue le 31 janvier 2018. Oh Lucy ! est le premier long-métrage de la réalisatrice, mais son court-métrage éponyme de fin d’études à la NYU Tisch School of the Arts Asia a remporté plus de 30 prix dans des festivals internationaux. Dans ce film, Setsuko, une femme déçue par la vie suit des cours d’anglais avec John, son professeur, mais il s’enfuit avec la nièce de celle-ci, Mika. Setsuko entraîne donc sa sœur dans à leur recherche à travers les Etats-Unis.

[Read More…]

Sunday, December 11, 2016

Festival Lumière- L’Étrange Créature du Lac Noir, 1954

creature-lac-noir.jpg

Étrange et paranormal ont toujours été une grande source d’inspiration pour les cinéastes de tous temps, et ce pour exploiter la peur de leur spectateurs, qui, dans une pulsion masochiste, décident de s’infliger la peur de leur vie. La peur. C’est une émotion humaine, mais assez ignoble je dois dire… Mais revenons-en aux faits : L’étrange créature du lac noir, le film qui a terrorisé le public à sa sortie en salle, est aujourd’hui un film –involontairement- drôle…

En effet, les effets spéciaux ont largement évolués par rapport à ceux de l’époque, aujourd’hui tout est numérisé alors que le monstre du lac noir est un homme en costume… Pour ce qui est de la patte de la créature, il s’agit d’un montage en pâte à modeler. Ces scènes sont d’ailleurs accompagnées d’une musique de fosse sensée faire peur au spectateur mais le décalage et l’évolution du public ne permet pas le même effet que cette accompagnement musical avait pu avoir sur les gens dans les années 50 lorsque la culture du film d’horreur était moins développée. Aujourd’hui, avec les technologies qui permettent une ouverture du genre à tous, aux jeunes notamment.
[Read More…]

Festival Lumière- Close-up, 1991

close-up.png

Voilà peu de temps qu’Abbas Kiarostami nous a quitté. Il y a de ces personnes qui laissent des traces ; on se souvient d’eux ; on réécoute leurs chansons, on revoie leurs films. Kiarostami fait parti de ces gens là.

Malheureusement –et vous ne pouvez pas savoir à quel point j’en suis désolée à cet instant, quand je repense à mon émerveillement à la sortie de la salle-, je ne connaissais pas ce réalisateur iranien avant son hommage au Festival Lumière cette année avec la projection de Close-up.

Le réalisateur du Goût de la Cerise nous offre avec ce film emplît d’humanité, une constante balance du spectateur entre fiction et réel, le malentendu de la scène devenant total. Dans les faits, Kiarostami s’est servi d’un fait réel qu’il trouvait intéressant et a décidé d’écrire un film dessus : un homme pauvre abuse d’une famille noble en se faisant passer pour le réalisateur iranien Makhmalbaf.
[Read More…]

Monday, October 31, 2016

Festival Lumière - Mademoiselle, 2016

mademoiselle.jpg

Mademoiselle, comment dire… C’est un film qui vous laisse perplexe. J’avais déjà découvert l’univers de Park Chan-Wook avec le palpitant Old Boy -la veille- celui-ci alliant violence et sexualité magnifiées dans une esthétique tout à fait originale.
Comme certains le savent, Mademoiselle sort demain, la séance était donc une avant-première dans le cadre du Festival Lumière à laquelle le réalisateur était présent.
Dans la Corée des années 30, pendant la colonisation japonaise, une jeune femme se fait engager comme servante d’une riche japonaise vivant sous l’autorité d’un oncle tyrannique dans un sombre manoir. Mais celle-ci n’est pas celle qu’elle prétend être… Associée à un escroc se faisant passer pour un comte japonais, Hideko a une tout autre valeur pour elle…
[Read More…]

Monday, August 22, 2016

L’Économie du Couple, 2016

economie-couple.jpg

Ils sont là, tranquillement assis sur le canapé du salon de cette maison qu’ils se battent pour récupérer, ce foyer qui fut autrefois le leur, uni et convivial et qui n’est plus que le terrain de leurs offensives acharnées l’un contre l’autre, aux dépends de leurs deux filles, Jade et Margaux, qui prennent parti intégrantes, malgré elles, de cette machine infernale qui ravage leurs cœurs. Ils sont donc là, Marie - mère devenue surprotectrice du fait de son manque de confiance en son mari, être qu’elle prend en horreur – lis sont livre, tendue par la présence anormale de Boris - mari de celle-ci, il semble encore l’aimer, contrairement à Marie, qui ne supporte plus de le voir -, qui envoie des sms sur son portable. Jusque là, rien de grave, juste une tension palpable dans l’air, devenue habituelle pour eux. Marie lui demande de cesser, elle ne veut pas qu’il écrive de sms devant elle, ça la dérange pour lire - probablement le son du téléphone, qui est très fort, sa demande est donc compréhensible… - ; que fait Boris? Il peut arrêter, à prêt tout ce sont des adultes : il recommence, un sourire malicieux au lèvres. Marie s’énerve. Ce qui était une conversation d’adulte devient puéril, une dispute absurde, causée par le mépris et la volonté de faire du mal à l’autre.
[Read More…]

Tuesday, July 5, 2016

Julieta, 2016

julieta.jpg

Dernier film du réalisateur et scénariste Pedro Almodóvar, Julieta est un drame espagnol adapté de trois nouvelles d’Alice Munro tirées de son recueil Les Fugitives. Almodóvar est connu notamment pour Todo sobre mi madre (Tout sur ma mère) et Volver, qui traitent souvent des rapports parent-enfant, ce qui est le cas dans Julieta ; mais aussi de l’identité sexuelle.
Dans ce film, Julieta est jouée par deux actrices différentes : Emma Suarez et Adriana Ugarte. Alors que Julieta décide de quitter Madrid définitivement avec Lorenzzo, son compagnon, elle rencontre Bea, l’amie d’enfance de sa fille Antìa, qu’elle n’a pas vue depuis douze ans. Elle reprend donc ses recherches, attendant toujours désespérément une lettre de sa fille…
[Read More…]

Monday, June 13, 2016

La Dolce Vita, 1959

la-dolce-vita1.jpg

Bonjour,

Pour ce nouvel article, je vais vous présenter La Dolce Vita (La Douceur de Vivre), de Federico Fellini. C’est un film italien néoréaliste sorti en 1959, ayant obtenu la Palme d’Or du Festival de Cannes de 1960. Fellini est un réalisateur et scénariste italien issu du néoréalisme primé de nombreuses fois à l’Oscar du meilleur film en langue étrangère comme pour La Strada, Otto e mezzo (Huit et Demi)… La Dolce Vita présente un journaliste people, errant de fête en fête, de femme en femme, à la quête de lui même. Il est interprété par Marcello Mastroianni.
[Read More…]

Sunday, April 17, 2016

Mediterranea, 2015

mediterranea.jpg

L’immigration. C’est le thème -très actuel- que traite le drame italien Mediterranea, réalisé et scénarisé par Jonas Carpignano, film que j’ai eu l’occasion de voir au Festival International du Premier Film d’Annonay. Sorti pour la première fois le 20 novembre 2015 aux Etats-Unis, il a été présenté à la semaine de la critique du Festival de Cannes. L’intrigue nous présente Ayiva et Abas, joués par Alassane Sy et Koudous Seihon, quittant le Burkina Faso en direction des côtes italiennes. Nous les suivons dans leur périple et leur installation en Italie, avec les obstacles sociaux qu’ils rencontrent.

[Read More…]

Wednesday, March 30, 2016

Italianamerican, 1974

images.jpeg

J’ai beaucoup apprécié le court-métrage dont je vais vous parler, de part sa convivialité et le fait que la recette de “The Sauce” -qui est a prendre en note au générique!- me rappelle celle de ma mère… Italianamerican est un film évocateur qui marque le début de la grande carrière de Martin Scorsese.

Le 16 octobre dernier, en tant qu’élève d’option cinéma, j’ai eu la chance d’aller voir dans le cadre du Festival Lumière le film américain Italianamerican, sorti en salle en 1974. Réalisé par Martin Scorsese, Prix Lumière 2015, ce documentaire d’une durée de quarante-huit minutes a été scénarisé par Lawrence D.Cohen et Mardik Martin. La production de ce court-métrage a été rendue possible grâce à Saul Rubin, Elaine Attias et la National Communications Foundation ; ainsi qu’à la participation d’Alec Hirschfeld comme directeur de photographie et Bert Lovitt au montage.
Italianamerican est un documentaire dans lequel M. Scorsese interroge ses parents, Catherine et Charles Scorsese, sur leur passé, leur condition d’immigré italien dans leur pays d’adoption. Il s’agit avant tout d’un hommage à ses parents et à son quartier, Little Italy, dans lequel il a grandit. L’immigration est le thème central du film.
[Read More…]

Tuesday, March 8, 2016

Mustang, 2014

mustang.jpg

Bonjour à tous !

Je suis heureuse de vous offrir en ce jour symbolique, Journée Internationale des Droits des Femmes, la présentation d’un film qui se veut fort tout au long de cette poursuite de la liberté de vivre et de penser. J’ai eu la chance de pouvoir le voir pour le Festival International du Premier Film d’Annonay où il a été rediffusé pour l’occasion.

Cinq sœurs : un scandale qui risque d’avoir des conséquences plutôt inattendues… Avec Mustang, Deniz Gamze Ergüven remporte un défi pour son premier long-métrage : la critique de la société turque actuelle. Au sein d’une équipe composée de Warren Ellis à la musique, de David Chizallet à l’image, de Serdar Yemisçi au décor et de Mathilde Van de Moortel au montage, Ergüven a co-scénarisé aux côtés d’Alice Winocour ce drame turco-franco-allemand.
[Read More…]